Dernières  Nouvelles 
















 
  Photos de début 2017 faites par les quatre adhérentes lors de leur séjour à Tiébélé  

 
Situation au village
 Le village de Tiébélé est en plein travaux : la route de terre qui le traverse est la seule
 reliant le Ghana à la capitale Ouagadougou. Cette route est en cours d'élargissement, les
 arbres séculaires ont été coupés. C'est pour le moment un vaste chantier poussiéreux qui
 complique beaucoup la vie des habitants.
 Le site aurifère près du village est aussi un souci; c'est un lieu dangereux plein
 d'excavations profondes sans étayage. Dans l'espoir d'y gagner leur vie des gens s'y sont
 installés, nombreux; les  jeunes sont tentés par cette aventure et le risque de prostitution y
 est fort.

 Les enfants parrainés
 Il est difficile aujourd'hui de les appeler des enfants : ce sont devenus des adolescents et
 certains même des adultes. En effet 58 sur 76 sont soit au collège, soit au lycée, en études
 supérieures ou en  apprentissage.
 Leur santé est bonne. 
 Les résultats scolaires sont parfois médiocres mais il faut se rappeler que le français n'est
 pas leur  langue maternelle et que son apprentissage reste difficile dans des classes
 surchargées.
 Se pose aussi maintenant le problème des grossesses. Le poids des traditions est fort et la
 contraception (accessible et peu chère ) reste très mal perçue. Toutefois les jeunes mamans
 peuvent continuer leurs études si la famille prend le bébé en charge.

 Aide aux devoirs
 Pascal, étudiant de terminale assure le soutien scolaire chaque midi et soir. Il est très
 présent auprès des jeunes; il s'occupe également du prêt des livres appartenant à la
 bibliothèque de Djoatina et du courrier pour les parrains.
 Grâce à l'électricité, la salle d'études est ouverte le soir à tous les jeunes, qui sont nombreux
 à venir travailler jusqu'à minuit. Un grand tableau a été réalisé par les maçons sur le mur
 extérieur, sous un néon. 

 Cantine
 Elle est assurée chaque midi scolaire par 3 cantinières. Un nouveau pousse pousse (baril
 d'eau sur roues) a été fabriqué pour donner de l'eau aux élèves.

 Réunions
 Deux réunions ont eu lieu avec les familles et les jeunes. C'est l'occasion de rappeler les
 règlements  de l'association ainsi que les devoirs respectifs. Un repas a été offert aux
 familles à la fin.
 Il y a eu également une réunion avec les patrons tailleurs et les apprentis pour s'assurer du
 bon déroulement des apprentissages qui durent 3 ans.

 Transhuma
 Le camion de Transhuma arrivé la dernière semaine a permis de distribuer cartables,
 matériel scolaire et machines à coudre pour les apprenti(e)s ainsi que des vêtements de
 bébé pour le Centre de Renutrition et du matériel pour l'hôpital et la classe de mal
 entendants de Pô.

 Correspondance scolaire
 Sept établissements primaires sont en relation avec des écoles primaires de Dordogne.
 Echange de  courrier mais aussi pour certaines propositions de réalisations d'outils: par
 exemple l'école de  Lanouaille a fourni plan et matériel pour une fabrication.
 Un album a été réalisé à partir de contes récoltés à TiébéléA et illustrés par les enfants de 
 Ribagnac(24), enrichi de vues de leur commune puis édité en couleurs, belle réussite !
 Dans 4 écoles du secteur de Tiébélé,  poursuite du travail dans les jardins. Pour certaines
 écoles, les problèmes de protection des jardins et de mise en route dès le premier trimestre
 restent récurrents.
 Néanmoins la bonne volonté est là et les APE(association de parents d'élèves) sont
 volontaires. La réactivation des bons gestes avec Napiou (un jardinier)  porte ses fruits.
 Toutes ces écoles ont reçus du matériel scolaire divers et des ballons donnés par des écoles
 ou desparticuliers.

 
Ecaussystème
 A Gignac dans le Lot se tient depuis 2002 un festival de musique éco citoyen et solidaire.
 Le temps d’un week-end  festif il est proposé aux festivaliers une démarche solidaire : en
 donnant la consigne de son gobelet au profit des associations humanitaires partenaires.
 Cette année Djoatina a été sélectionnée.  Dans ce cadre 9 parrains et marraines de Djoatina
 ont expliqué le principe de la collecte  au  public et  récolté plus de 7000 gobelets. 
 La somme perçue a permis de remplacer le compteur du bâtiment de djoatina détruit par
 un orage . 
 Le soir dans ce bâtiment électrifié, les collégiens et lycéens viennent nombreux pour
 travailler . Pour faciliter le travail en groupe, un tableau a été maçonné à l'extérieur, éclairé
 par un néon.
 Cette somme a servi aussi pour compléter les frais de scolarité de plus en plus élévés.
 
 
           

Récolte des gobelets

Le stand de Djoatina

  Lors de ce festival  Djoatina a tenu un stand au sein du marché bio-équitable. Des livres et
 de l’artisanat burkinabé ont été vendus pour pouvoir acheter des livres africains aux
 enfants parrainés.
Cette opération sera renouvellée les 30 et 31 juillet 2016

www.ecaussysteme.com


  Djoatina a mis en place un paiement par prélèvements mensualisés pour le parrainage.
        » pour un enfant en collège ou en apprentissage, le parrainage s'élève à 160 €                 
         (soit 130€ + 30€ d'adhésion annuelle).
Le prélèvement mensuel sera donc de 13,30€.

 A savoir que ce don ouvre droit à une réduction d’impôt égale à 66 % des sommes versées dans l’année, dans la limite de 20% du revenu imposable
 
  

         Haut de page